Voici un texte qui m'a fortement inspiré depuis plusieurs années :

http://www.tribunal-animal.com/consciences/presentes/ricard-matthieu/

Je n'arrive pas à le retrouver sur le site de ce cher bouddhiste.

*****

 

"Faire tout ce qui est en notre pouvoir pour soulager ces tourments"

Des êtres meurent alors qu'ils viennent à peine de naître, d'autres alors qu'ils viennent à peine d'enfanter. A chaque seconde, des êtres sont assassinés, torturés, battus, mutilés, séparés de leurs proches. D'autres sont abandonnés, trompés, expulsés, rejetés. Les uns tuent les autres par haine, cupidité, ignorance, arrivisme, orgueil ou jalousie. Des mères perdent leurs enfants, des enfants perdent leurs parents. Les malades se succèdent sans fin dans les hôpitaux.
Certains souffrent sans espoir d'être soignés, d'autres sont soignés sans espoir d'être guéris. Les mourants endurent leur agonie, et les survivants leur deuil. Certains meurent de faim, de froid, d'épuisement, d'autres sont calcinés par le feu, écrasés par des rochers ou emportés par les eaux.
Ce n'est pas seulement vrai des êtres humains. Les animaux s'entre-dévorent dans les forêts, les savanes, les océans ou le ciel. A chaque instant, des dizaines de miliers d'entre eux sont tués par les hommes, déchiquetés pour être mis en boîte. D'autres endurent d'interminables tourments sous la domination de leur propriétaire, portant de lourdes charges, enchaînés leur vie entière, chassés, pêchés, piégés dans des dents de fer, entranglés dans des rets, étouffés dans des nasses, suppliciés pour leur chair, leur musc, leur ivoire, leurs os, leur fourrure, leur peau, jetés vivants dans l'eau bouillante ou écorchés vifs.
Il ne s'agit pas de simples mots, mais d'une réalité qui fait partie intégrante de notre quotidien: la mort, la nature éphémère de toute chose et la souffrance. Bien que l'on puisse se sentir submergés, impuissants devant tant de douleur, vouloir s'en détourner ne serait qu'indifférence ou lâcheté. Il nous incombe d'être intimement concernés, en pensées et en actes, et de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour soulager ces tourments.